Statistiques : comment le gouvernement manipule les chiffres…

Posté par Neo Trouvetou le 1 juin 2009 dans > Blog Note, Crise2 commentaires

Bloquer les études qui dérangent, ne retenir que les données favorables, changer de thermomètre quand la fièvre monte : des professionnels des chiffres dénoncent les dérives, toujours plus graves, du pouvoir.
Une dizaine de têtes chercheuses regroupées derrière le pseudonyme de Lorraine Data publiera, le 14 mai, un brûlot sur la manipulation des statistiques par le gouvernement. L’Expansion publie en exclusivité des extraits de ce livre intitulé “Le Grand Trucage”.
Selon Laurent Mucchielli, chercheur au CNRS et spécialiste des questions d’insécurité, qui est aussi l’un des auteurs de cet ouvrage. “Depuis 2002, on observe clairement une volonté de contrôler au plus près l’information économique et sociale, quitte à truquer, voire à casser les outils existants”

Dans un café anonyme de Montparnasse, une poignée de statisticiens de la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (Depp) du ministère de l’Education nationale ont décidé de tout déballer : le stress, la pression du cabinet et surtout la censure dont ils estiment faire les frais. En tant que service ministériel de statistique, la Depp a pour mission de réaliser des études, normalement rendues publiques, sur des sujets aussi variés que la scolarisation des enfants handicapés ou l’absentéisme dans les classes.
Ces mathématiciens ont leur bible, un code de déontologie établi au niveau européen par Eurostat, l’organisme qui centralise les statistiques sur le Vieux Continent. Selon l’article 1 de ce code de bonne conduite : “L’indépendance professionnelle des autorités statistiques, à l’égard aussi bien des services et organismes politiques, réglementaires et administratifs que des opérateurs du secteur privé, assure la crédibilité des statistiques européennes”.

Quelques exemples :
Où l’on escamote des chômeurs en les transférant dans une nouvelle catégorie
“Changer la façon de compter en gardant apparemment le même indicateur constitue une méthode usuelle de manipulation statistique. [...] En réaffectant certains demandeurs d’emploi dans une nouvelle catégorie, l’ANPE a ainsi, entre 2005 et 2007, fait baisser artificiellement le taux de chômage.”

Où l’on invente une pauvreté “à la française” qui ne peut que diminuer
“La trouvaille consiste à prendre comme indicateur central de suivi de l’action gouvernementale le taux de pauvreté ancré dans le temps. Derrière ce nom barbare se cache en fait un mécanisme simple : plutôt que de retenir l’indicateur reconnu internationalement, mais qui a l’inconvénient majeur de rester stable, le gouvernement a choisi d’évaluer son action à l’aune d’un autre indicateur qui a la particularité d’avoir enregistré une baisse continue au cours des dernières années.”

Où l’on confond l’activité des gendarmes et celle des voleurs
“La publication des chiffres de la délinquance fournit ainsi régulièrement l’occasion de manipulations à des politiques pour qui le thème de la sécurité est un véritable fonds de commerce. Confondant les statistiques relatives à l’activité de la police et de la gendarmerie avec une mesure du niveau effectif de la délinquance [...], ils n’hésitent pas à prétendre que la délinquance explosait avant 2002 ou qu’elle baisse de façon miraculeuse depuis cette date, sans que cela ait réellement de rapport avec la réalité vécue par nos concitoyens.”

 Source: http://www.neotrouve.com/?p=339

Source : http://www.lexpansion.com/economie/actualite-economique/un-collectif-de-statisticiens-denonce-les-manipulations-du-gouvernement_180130.html
http://www.lexpansion.com/economie/actualite-economique/tripatouiller-les-statistiques-la-sale-manie-du-gouvernement_179980.html